Le chat est-il un animal sociable ?

Le chat est-il un animal sociable ?

Le chat est-il un animal sociable ?

On décrit souvent le chat comme un animal égoïste, solitaire, qui déambule seul, et ne se mêle aux autres chats que pour se battre ou s’accoupler.

Quand ces animaux vivent en liberté, avec un vaste espace autour d’eux, il est vrai qu’ils correspondent assez bien à cette image. Mais ils sont capables de changer de comportement lorsqu’ils vivent plus à l’étroit. En ville, et à l’intérieur de la maison de leurs maîtres, ils font preuve d’un degré de sociabilité remarquable et surprenant.

Le chat est-il un animal sociable ?Ceux qui en doutent doivent, avant toute chose, se souvenir que, pour nos chats d’intérieur, nous sommes nous-mêmes des chats géants. Le fait même que le chat domestique puisse partager le foyer d’une famille humaine est en soi la preuve d’une grande souplesse sur le plan relationnel. Mais ce n’est là qu’un aspect des choses. A bien des égards, les chats font preuve d’un esprit de solidarité, d’entraide et de tolérance. Ces qualités sont particulièrement remarquables quand une femelle met bas. On a vu des chattes tenir lieu de sages-femmes, aider à sectionner le cordon ombilical, puis nettoyer les nouveau-nés. Par la suite, elles peuvent proposer leurs services pour la garde des enfants, apporter à manger à la jeune accouchée, et parfois nourrir des petits ne faisant pas partie de leur portée. Même les mâles manifestent occasionnellement un certain sentiment paternel en procédant à la toilette des chatons et en jouant avec eux.

Ce ne sont pas là des gestes fréquents, mais, en dépit du fait qu’ils surviennent d’une façon exceptionnelle, ils révèlent que le chat est capable, dans des circonstances données, de se conduire avec moins d’égoïsme qu’on ne pourrait s’y attendre.

Le comportement territorial implique aussi, jusqu’à un certain point, la mesure et le partage.

Le chat est-il un animal sociable ?Les chats s’appliquent à s’éviter mutuellement, et fréquentent souvent les mêmes aires à des moments différents afin de réduire les risques de conflits. De plus, ils ont des zones tampons spéciales, où les « amicales » du quartier peuvent tenir leurs réunions en terrains neutre. Ce sont des secteurs de l’environnement où, pour certaines raisons, les chats conviennent d’une  trêve générale et se rassemblent sans trop se battre. Cette attitude est fréquente chez les harets des villes, dans un lieu où la nourriture peut être particulièrement abondante. Ainsi, si des humains leur jettent de la nourriture, ces chats vagabonds peuvent se rassembler pacifiquement à cet endroit pour la partager. Une proximité étroite est tolérée d’une manière qui paraîtrait impensable dans les habitats d’origine de ces chats.

Compte tenu de ces éléments, des spécialistes ont été jusqu’à soutenir que les chats sont des opportunistes. Ils peuvent vivre avec la société ou sans elle. Les chiens, en revanche, ne peuvent vivre en dehors. Un chat solitaire est, à tout le moins, soulagé qu’on lui fiche la paix.

Tolérance et bonne intelligence

Ainsi pour les chats, tous les modes de vie sont possibles : seuls, à plusieurs, loin de l’homme ou à proximité, en ville ou à la campagne. Leur faculté d’adaptation leur permet de s’épanouir dans toutes les situations. En milieu hostile, ils conservent le comportement distant des félins sauvages. Mais en ville, à proximité des sources de nourriture et de la protection des hommes, ils apprennent à vivre ensemble. Ils utilisent des systèmes de marquage qui leur permettent de partager un même espace en limitant les conflits de voisinage. Cette souplesse les différencie de la plupart des félins sauvages. Et cela en fait pour nous d’excellents compagnons !

En ce cas, comment expliquer les exemples d’entraide mentionnés ci-dessous ?

Le chat est-il un animal sociable ?Certains tiennent à ce que nous avons fait de nos chats domestiques de gros chatons. En continuant à les nourrir et à nous occuper d’eux, nous avons prolongé leurs qualités juvéniles jusque dans leur vie d’adulte. Tel Peter Pan, ils ne grandissent plus mentalement, même si, sur le plan physique, ce sont des adultes accomplis. Or, les chatons sont joueurs et affectueux avec leurs compagnons de portée de même qu’avec leur mère ; ils ont alors l’habitude d’agir ensemble à l’intérieur d’un petit groupe. Cette qualité peut venir s’ajouter à leurs activités au long de leur vie d’adulte, les rendant moins solitaire et acharnés dans la compétition. En second lieu, ces chats qui vagabondent librement dans les villes, où l’espace est restreint, s’adaptent de force, et non par goût, à la dimension réduite de leur territoire.

Certains animaux ne peuvent vivre que dans des groupes sociaux aux liens très étroits. D’autres ne peuvent mener qu’une existence complètement solitaire. La souplesse du chat lui permet de se plier à l’un ou l’autre mode de vie. C’est là précisément le secret de sa réussite au cours de sa longue histoire, puisqu’il commença à être domestiqué il y a quelques milliers d’années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *