Pourquoi le chat mâle arrose-t-il d’urine le mur du jardin ?

Pourquoi le chat mâle arrose-t-il d’urine le mur du jardin ?

Le marquage urinaire est instinctif chez le chat. Si les jets d’urine sont le plus souvent le fait des mâles, les femelles peuvent elles aussi marquer leur territoire.

Les matous marquent leur territoire en projetant un puissant jet d’urine vers l’arrière, sur  des éléments verticaux de leur environnement.  Ils prennent pour objectifs des murs, des buissons, des souches d’arbres, des poteaux de clôture ou tout point de repère qui semble fixe. Ils sont particulièrement attirés par les endroits qu’eux-mêmes, ou d’autres chats, ont arrosés précédemment, ajoutant leur nouvelle odeur aux traces des anciennes qui s’y trouvent.

L’urine des matous est connue pour avoir une odeur forte, au point que même les narines humaines, qui ne repèrent pourtant pas grand-chose, ne peuvent en ignorer la présence, au grand dam du propriétaire des dites narines. Pour les humains, c’est une odeur particulièrement désagréable et beaucoup de gens en viennent à faire châtrer leurs matous afin de diminuer cette activité. D’autres odeurs félines sont très difficiles à détecter par les hommes. Ainsi, les glandes situées sur la tête, qu’ils frottent contre des objets pour y déposer une autre forme de marquage, émettent une odeur qui a beaucoup d’importance pour les chats, mais reste totalement inaperçue de leurs propriétaires.

Pourquoi les chats marquent-ils leur territoire ?

Les chats sont susceptibles de marquer leur territoire par des jets d’urine à partir de la puberté. Même si ce comportement peut dérouter, alors que l’on pensait son chat propre, il s’agit d’une manifestation instinctive totalement naturelle. D’ailleurs, ce n’est en aucun cas un signe de malpropreté. Les chats ont besoin d’un espace de vie qui leur appartient et dans lequel ils sont en sécurité. Ils délimitent ce territoire par des traces olfactives destinées à repousser les autres chats.

Certains spécialistes ont affirmé que les projections d’urine sont comme un signal d’avertissement adressé par le chat à ses rivaux. Toutefois, les preuves tangibles manquent ici, et de longues heures d’observation sur le terrain n’ont jamais apporté de réactions permettant de corroborer ce point de vue. Si l’odeur déposée sur les points de repère était véritablement une menace pour d’autres chats, elle devrait les intimider quand ils la reniflent. Ils devraient reculer parce qu’ils ont peur réaction est inverse. Au lieu de se retirer, ils sont particulièrement attirés par les marques à l’odeur, qu’ils reniflent avec le plus grand intérêt.

Sil n’est pas une menace, que signifie le marquage à l’odeur d’un territoire ?

En fait, il fonctionne plus ou moins comme une gazette. Chaque matin, nous lisons le journal pour rester au courant de ce qui se passe dans notre monde humain. Les chats, de leur côté, parcourent leur territoire et, en reniflant les marques, ils savent tout sur les allées et venues de la population féline locale. Ils peuvent vérifier combien de temps s’est écoulé depuis leur dernier passage (par le degré d’intensité de leur dernière projection d’urine), relever les signes laissés par l’odeur de ceux qui sont passés et ont aspergé l’endroit, de même qu’ils peuvent estimer le moment de ce passage. Chaque arrosage fournit également un certain nombre d’informations sur l’état émotionnel et l’identité de l’arroseur. Lorsque le chat décide de procéder lui aussi à un nouvel arrosage, cela équivaut, dans son langage, à écrire une lettre de lecteur à son journal favori, publier un poème, et laisser sa carte de visite – le tout exprimé par un simple jet d’urine.

Quels signaux transmet-t-il ?

Certains pourraient trouver que le concept de la signalisation à l’odeur est un peu tiré par les cheveux, que l’arrosage d’urine par les chats est simplement leur méthode pour débarrasser leur corps de produits de déchets, et que tout cela n’a aucune signification. Si le chat a la vessie pleine, il asperge ; s’il a la vessie  vide, il n’asperge pas. Or, les faits viennent  contredire ces affirmations. Une observation attentive montre que les chats accomplissent des  actes réguliers d’arrosage selon une routine préétablie, indépendamment de l’état de leur vessie. Si elle est pleine, chaque jet sera généreux. Si  elle est presque vide, l’urine sera rationnée. Mais le nombre de jets et les endroits du territoire qui sont marqués à l’odeur restent les mêmes, quelle que soit la quantité de liquide absorbée par le chat. En fait, si le chat a épuisé ses réserves d’urine, il continuera sa promenade, visitant laborieusement chaque repère d’odeur, lui tournant le dos, tendant sa queue a sa propre motivation, tout à fait indépendante, qui indique clairement son importance dans la vie sociale des félins.

Bien qu’en général on ne s’en rend pas compte, les femelles et les châtrés des deux sexes projettent également des jets d’urine, tout comme les matous.  Avec la seule différence que ce geste est moins fréquent chez eux et que leur odeur est moins éprouvante. Aussi les remarquons-nous à peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *