choisir son chat

Choisir son chat

Choisir son chat

Vous envisagez de prendre un chat chez vous, mais est-ce pour les bonnes raisons ? Un chat n’est pas une peluche que l’on pose sur un canapé pour faire joli et dont on s’occupe quand on y pense ou quand on a envie d’un câlin réconfortant. Voici  quelques conseils utiles qui vous permettront de choisir le compagnon le plus adapté à vos désirs : mâle ou femelle, chat adulte ou chaton, chat de race ou de gouttière, où l’acheter, quel budget prévoir, comment savoir s’il est en bonne santé ?

Lorsque l’on se décide à adopter un chat, la grande question qui se pose est de savoir si l’on préfère un chaton mâle ou une femelle. Car tous deux ont des spécificités bien précises.

Comment choisir son chat ?

comment choisir son chatCeux qui veulent acquérir un chat doivent se décider à choisir entre un mâle ou une femelle. Les jets d’urine, les fugues et les « chants d’amour » des mâles sont souvent sous-évalués et minimisés par rapport au risque de portées non désirées et au dérangement qu’engendrent les miaulements lascifs des femelles en chaleur.

Le meilleur choix est de décider lequel convient le mieux à votre situation. Si l’animal peut vivre en liberté, entrant et sortant de la maison quand il veut, on aura le souci d’éviter, dans les périodes de chaleur, des grossesses non désirées pour les femelles ou des fugues dangereuses (y compris durant plusieurs jours) pour les mâles. Si par contre le chat doit vivre à la maison sans pouvoir sortir, on devra affronter des problèmes différents.

La femelle (qui n’a pas de menstruations) devient plus affectueuse pendant ses chaleurs et désireuse de câlins, mais elle émet continuellement des miaulements lancinants et plaintifs en alternance avec des hurlements déchirants. Cela dure cinq à six jours tous les quinze ou trente jours environ (de janvier à septembre, mais il n’y a pas de règle absolue).

 

Le mâle, une fois la maturité sexuelle atteinte, peut marquer son territoire par des jets d’urine à tous les coins de la maison. L’odeur en est piquante, durable, vraiment insupportable, à cause des phéromones que l’urine contient.

La question de la stérilisation du chat

Choisir son chatDans le cas de la femelle, on peut recourir à des produits contraceptifs ou à la stérilisation. L’idée selon laquelle la chatte doit mettre bas au moins une fois pour des raisons de santé est sans fondement, alors qu’il faut absolument que les accouplements soient désirés et programmés, afin que les petits puissent trouver une famille et ne courent pas le risque d’augmenter les bataillons de chats errants malheureux.

La stérilisation vaut naturellement aussi pour le mâle qui pourra être castrer. Il ne s’agit pas d’un acte cruel, ni d’une infirmité dont le chat pâtira ; au contraire, pour un chat qui a accès à l’extérieur, c’est presque le seul moyen de lui sauver la vie, car ce n’est qu’ainsi qu’il renoncera à prendre d’innombrables risques (voitures et autres incidents) pour partir sur les traces d’une jolie chatte et qu’il arrêtera de marquer son territoire par des jets d’urine sur l’ameublement ou de tenter de fuguer à la recherche d’aventures.

Il faut toutefois rappeler que les ennuis qu’un chat peut provoquer sont imprévisibles, car chaque individu diffère d’un autre. Il y a en effet des mâles adultes qui ne délimitent jamais leur territoire, de même que certaines femelles se tiennent tranquilles et silencieuses même durant l’œstrus (les chaleurs). Mâles et femelles sont de toute façon aussi affectueux l’un que l’autre ; le mâle peut être plus beau et faire plus d’effet, la femelle être plus élégante et gracieuse, mais tous deux sauront donner autant d’affection à leur maître.

2 Questions à se poser avant de craquer

Des chats à donner, à adopter, il y en a de tous les côtés. Pour autant, ne cédez pas trop vite à la tentation et commencez par mener l’enquête ! Connaissez-vous la mère du chaton que l’on vous propose ? Si oui, comment se comporte-t-elle avec les humains ? Des études ont montré qu’une mère chatte douce et câline, qui s’est laissée caresser pendant sa gestation, a toutes les chances d’avoir transmis cette sérénité à ses petits, alors qu’une mère craintive, voire phobique envers l’homme, risque surtout de les avoir rendu méfiants.

Un petit test peut vous conforter dans cette idée : prenez le chaton que l’on vous propose par la peau du cou et soulevez-le de quelques centimètres : celui né d’un « amour de chatte » a toutes les chances de se laisser faire, alors que l’autre n’aura qu’une idée en tête : vous lacérer le poignet ! A moins de rechercher les complications, choisissez le chaton conciliant.

Chat de gouttière ou chat de race ?

Si vous avez une idée très précise des critères que vous recherchez chez un chat, mieux vaut vous tourner vers un chat de race, justement sélectionné depuis des générations pour ses traits physiques et ses traits de caractère. Les Siamois par exemple, sont réputés bavards, les Chartreux tranquilles et les Persans, pacifiques. Pour savoir où dénicher le chat qui est fait pour vous, n’hésitez pas à demander conseil à un vétérinaire – il sera content de vous avoir pour client par la suite – et aux présidents des clubs de race (liste sur www.30millionsdamis.fr/la-fondation/annuaire, rubrique « races de chats »).

Visitez plusieurs élevages et où que vous alliez (y compris s’il s’agit de particuliers), vérifiez que les chatons y sont tenus dans de bonnes conditions d’hygiène, qu’ils ont l’air sain – le pelage billant, l’oeil vif, le postérieur propre – et qu’ils se laissent manipuler. On trouve enfin beaucoup de petits félins dans les refuges, y compris des chats de race. Demandez cependant quel était le motif d’abandon (s’il est connu) pour ne pas réitérer les mêmes erreurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *