A quelle vitesse les chats se reproduisent-ils ?

A quelle vitesse les chats se reproduisent-ils ?

Une population de chat livrée à elle-même peut s’accroître à une vitesse effarante. Pourquoi ? Parce que les chattes sont d’excellentes mères, que la domestication a pratiquement triplé le nombre des portées, augmentant même la taille de celle-ci. Le chat sauvage européen, qui n’a qu’une seul portée par an, donne en moyenne entre deux et quatre chatons. Mais le chat domestique peut mettre bas quatre ou cinq petits en moyenne à l’occasion de chacune de ses trois portées annuelles.

Un simple calcul, fondé au départ sur un seul couple reproducteur de chats domestiques et qui retiendrait en moyenne quatorze chatons pour l’ensemble des portées annuelles, fait apparaître qu’en cinq ans, on atteindrait le total de 65 536 chats. A condition, bien entendu, que tous aient survécus, que mâles et femelles soient en nombre égal à la naissance et que tous s’accouplent quand ils ont un an. En réalité, les femelles peuvent commencer un peu plus tôt, et le chiffre peut être plus élevé encore. Sauf que nous n’avons tenu aucun compte d’une autre réalité : le nombre des morts, par maladie ou accident.

Ce monde de cauchemar, où les chats grouillent d’un mur à l’autre, quelle sinistre perspective pour celle qui aspire à devenir la souris du foyer ! Mais cette situation ne se concrétise jamais, parce qu’il existe des propriétaires humains suffisamment responsables pour s’assurer que des limites réelles soient imposées à la reproduction de leurs petits compagnons, afin d’en restreindre le nombre. La castration des mâles et des femelles est aujourd’hui  chose commune, et l’on estime que plus de quatre-vingt-dix pour cent de l’ensemble des matous ont subi cette opération. Les femelles autorisées à se reproduire voient leur portée réduite à un ou deux petits, les malheureux autres étant supprimés sans douleur par le vétérinaire local. Dans certaines régions, des programmes assez impitoyables visant à exterminer les chats harets et errants ont été mis sur pied. Des pays ont même tenté des projets de contraception orale, les chats errants recevant, mélangée à de la nourriture, une « pilule ». Israël, par exemple, affirme prévenir la naissance de 20 000 chatons par an en utilisant cette technique.

En dépit de ces tentatives, les chats harets et errants, en Angleterre, sont, à l’heure actuelle, beaucoup plus d’un million. Dans la seule région de Londres, on estime qu’ils ne sont pas moins de 500 000. Sans compter, bien entendu, que les chats de compagnie sont entre quatre et cinq millions, ce qui constitue dans l’ensemble une population féline massive, avec à peu près un chat pour dix humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *